©Agence PhileogEleven

 

À la recherche du confort thermique

Construire des bâtiments à hautes performances énergétiques tout en offrant un confort thermique satisfaisant leurs occupants, voilà un défi important pour la filière construction. Cette exigence, plutôt récente, répond à deux enjeux : réduire la consommation énergétique et les émissions de CO2 des bâtiments, en proposant des ambiances intérieures confortables en hiver comme en été.

Le confort thermique, variable suivant les individus, les habitudes, les activités et les saisons, définit la la sensation de bien-être ou l’absence de gêne ressentie à l’intérieur d’un bâtiment. En permanente évolution depuis le milieu du XXe siècle, cette demande tend vers l’obtention d’une ambiance intérieure constante toute l’année, avec du chauffage en hiver et de la climatisation en été.

 

L’effet régulateur de l’inertie thermique

Pour concilier performance énergétique et confort thermique, il est nécessaire de construire des bâtiments biens isolés avec une inertie thermique importante. L’inertie thermique d’un bâtiment est sa capacité à stocker et à restituer de la chaleur ou de la fraîcheur dans ses murs et ses planchers. Elle agit comme un véritable régulateur de la température intérieure : plus l’inertie d’un bâtiment est forte, plus il se réchauffe et se refroidit lentement.

Une inertie lourde présente donc un double intérêt : accroître les effets des apports gratuits (soleil, occupants, cuisson…), en hiver, et favoriser le stockage de la fraîcheur nocturne qui sera restituée dans la journée, en été. Toutes les parois d’une habitation (murs, planchers, cloisons) participent, de fait, à l’inertie thermique d’un bâtiment.

 

Le béton, matériau à forte inertie thermique

L’expérience a montré que plus les murs d’un bâtiment sont épais et les matériaux sont lourds, plus l’inertie thermique est grande. Le béton — matériau lourd — présente une forte inertie thermique. Il évite les surchauffes et favorise le confort en écrêtant les pointes de température.

En hiver, le béton absorbe la chaleur de la journée et le restitue la nuit, par conduction. En été, le béton accumule la fraîcheur de la nuit et fait baisser la température pendant la journée.

Résultat : moins de chauffage en hiver et de climatisation en été pour des consommations d’énergie réduites et un meilleur confort des occupants.

 


Par Éric Gautier, le 04/08/2016.